Google Cardboard : un petit pas pour la réalité virtuelle, un grand pas dans l’expérience du voyage

Après la mise en sommeil des lunettes connectées (Google Glass), le géant de Moutain View s’est lancé dans un projet de réalité virtuelle : Google Cardboard. Quelles conséquences dans notre expérience du voyage ?

Google-Carboard-vignetteMalgré le buzz, le projet Glass n’a pas rencontré le succès escompté et les raisons sont multiples : coût élevé pour l’acquisition des montures, le manque de maturité du grand public sur cette technologie et les réticences en terme d’éthique.

Dans la course à la réalité augmentée, Oculus Rift (racheté par Facebook) et les HoloLens de Microsoft ont déjà fière allure mais restent encore inaccessibles au grand public. Visiblement Google a retenu les leçons de sa déconvenue et contre-attaque avec Google Cardboard : un masque de réalité virtuelle à moindre coût.

Ne pas confondre réalité augmentée et réalité virtuelle

Attention à ne pas confondre la réalité augmentée avec la réalité virtuelle qui est une “simulation informatique d’environnements réels ou imaginaires” (Wikipédia). Elle est renforcée par la perception visuelle, sonore et/ou haptique qui viennent plonger l’utilisateur dans une expérience troublante de réalité ! Ce que je trouve dingue dans cette expérience c’est le dualisme entre notre conscience qui sait pertinemment dans quelle réalité elle se trouve et notre perception de cette “autre réalité”. Dit autrement, je sais que je suis physiquement dans mon salon mais j’ai la sensation d’être projeté dans une réalité virtuelle qui me paraît tout à fait réelle. Si vous goûtez à l’expérience de réalité virtuelle, vous partagerez certainement ce paradoxe de l’esprit !

Alors que les Google Glass coûtaient 1500 euros, vous pouvez flirter avec la réalité virtuelle pour quelques dizaines d’euros seulement avec Google Cardboard.

Première étape : le masque Google Carboard

Le masque Google Cardboard est tout simplement pourvu de lentilles et d’un support d’accueil pour smartphone sous Android, le système d’exploitation développé par Google. Il existe deux manières de se le procurer, en commandant sur Internet ou en le fabriquant soi-même !

certification-markPour les fainéants ou les impatients (comme moi) rendez-vous sur le site dédié de Google qui accrédite quelques constructeurs avec le label “Works with Google Cardboard”. Ces sociétés triées sur le volet vous livreront chez vous un kit complet. Vous n’aurez plus qu’à assembler, plier les éléments pour entrer dans le monde de la réalité virtuelle en moins de 5 minutes chrono en main.

Si vous êtes un apprenti bricoleur, Google fournit le patron et avec un peu de patience et quelques accessoires (carton, verres, aimants, velcro, bande de caoutchouc) vous pourrez confectionner et personnaliser votre propre Google Cardboard !

Pour l’une ou l’autre des solutions, rendez-vous sur le site de Google Carboard, dans la rubrique “Get Cardboard”.

Deuxième étape : les applications Google Carboard

Dans l’application officielle Cardboard, Google met à disposition quelques services de démonstration de réalité virtuelle et pratiquement tous en rapport avec le tourisme :

  • Earth : survoler une ville avec Google Earth.
  • Tour guide : visiter Versailles avec un guide.
  • My Videos : visionner vos vidéos comme au cinéma.
  • Exhibit : examiner des objets d’arts sous tous les angles.
  • Photo Sphere : regarder tout autour les paysages de vos Photo Sphere.
  • Windy Day : suivre l’histoire d’une petite souris et de son chapeau dans un dessin animé.

Il y aussi d’autres applications développées par Google et compatibles comme les vidéos Youtube en 360° ou bien les Expeditions : un programme d’éducation qui permet aux enseignant d’illustrer leurs cours en envoyant leurs élèves tout autour du monde dans une réalité virtuelle. Les voyages virtuels formeront aussi la jeunesse !

Et au final, une nouvelle expérience de voyage

C’est encore un projet naissant mais des éditeurs privés ont déjà développé leurs propres applications. Parmi les applications à télécharger sur le Google Play Store, toujours en rapport avec le tourisme, on peut déjà :

  • Visiter la Californie.
  • Écouter un concert de Paul McCartney.
  • Escalader des parois rocheuses.
  • Plonger sous la mer.
  • Visiter un village.
  • Partir à la conquête spatiale.
  • Ressentir des sensations fortes sur des montagnes russes.

Avec un brin de provocation, restera-t-il encore une raison pour sortir de chez soi ?

On devrait voir arriver prochainement de nouvelles applications développées par des entreprises privées comme par les organismes de gestion des destinations qui auront beau jeu à guider virtuellement les touristes.

Pour les développeurs, Google met à disposition un kit de développement spécifique. Les vidéastes peuvent utiliser Jump, un anneau sur lequel reposent 16 caméras disposées en cercle et dont l’assemblage des différents angles de vue permet d’obtenir une image stéréoscopique. Il existe même une version de Jump pour la GoPro.

The North Face

The North Face avec le dispositif d’enregistrement Jump

L’expérience est sincèrement bluffante même si elle doit gagner en qualité et en confort de lecture. Pour quelques minutes de visionnage, il vaut mieux garder les cachets à proximité pour calmer la migraine. Cela me rappelle les premières expériences 3D au cinéma qui se sont largement améliorées depuis. Néanmoins Google CardBoard propose une première expérience de réalité virtuelle à moindre coût.

Gageons que l’affichage et l’expérience soient améliorés dans les prochains mois. Il y a fort à parier dans ce sens. Un des avantages de Google CardBoard est son développement conjointement lié à celui des matériels et écrans de smartphones à la charge des constructeurs. Un marché en pleine croissance (au détriment des ordinateurs de bureaux et portables) qui met en concurrence féroce de grands fabricants dont le marketing repose principalement sur les avancées et caractéristiques technologiques. Une course à l’innovation qui profitera indirectement à Google Cardboard !

À ce jour, rien encore ne remplacera la visite réelle mais la réalité virtuelle sera un moyen formidable de projeter le touriste dans une nouvelle expérience de visite immersive. Demain les technologies seront de plus en plus précises et vont radicalement changer notre façon de préparer notre séjour, voire de le vivre depuis son canapé, avec des connexions sur mobiles de plus en plus nombreuses depuis le domicile. La mobilité commence dans le canapé, j’en parlais justement lors de mon atelier aux Académies du tourisme numérique à Aix les Bains.

En conclusion, la promesse d’un voyage de l’esprit et de nos sens avec un bout de carton et un smartphone, fascinant.

Google Cardboard : un petit pas pour la réalité virtuelle, un grand pas dans l’expérience du voyage
5 3 votes
Tags: