Dans sa déferlante, le web 2.0 a propulsé l'internaute au premier rang comme producteur de contenus